27/04/2020

Appuyé sur de solides résultats financiers, l’INA a franchi en 2019 une nouvelle étape dans sa transformation en média patrimonial.

Le conseil d’administration de l’INA, réuni sous la présidence de Laurent Vallet le 23 avril 2020, a approuvé les comptes 2019 de l’établissement ainsi que le bilan de la cinquième et dernière année d’exécution de son contrat d’objectifs et de moyens 2015-2019 (COM4).

 

En 2019, l’INA confirme la solidité de sa trajectoire financière avec, pour la cinquième année consécutive, un résultat légèrement bénéficiaire (0,2 million d’euros) qui préserve sa pleine capacité d’investissements (28,5 millions d’euros) au service d’un projet d’entreprise entièrement tourné vers l’accélération de sa transformation numérique.

Ces résultats viennent valider et conforter la stratégie mise en œuvre par l’INA depuis 2015, fondée sur l’adaptation de toutes ses offres et services aux nouveaux usages, pour toutes les communautés auxquelles il les adresse, avec l’ambition d’apporter une contribution décisive au renforcement de l’identité propre du service public de l’audiovisuel.

Fort du quasi-achèvement (94%) du plan de sauvegarde et de numérisation de ses collections (PSN), l’INA a approfondi en 2019 sa politique de renouveau éditorial : plus de 113 heures de programmes inédits produites ou coproduites, dans une grande variété de formats qui lui a permis d’élargir et rajeunir son audience – web-séries documentaires (The Lost Ones, La Grande Explication), émission hebdomadaire (Rembob’INA), podcasts et même évènements culturels avec INAsound, le premier festival des cultures électro organisé à Paris en avril. Parallèlement, l’Institut a encore renforcé sa contribution aux offres communes du service public de l’audiovisuel : franceinfo, Culture Prime et Lumni, dont il a co-piloté la refonte.

L’INA a également poursuivi la démarche d’innovation et de responsabilité sociale qui est au cœur de sa mission de transmission des savoirs en créant au sein de son école INAsup la Classe Alpha, nouveau cursus qui accueillera dès la rentrée une centaine de jeunes de 17 à 25 ans pour un parcours d’un an de pré-qualification à l’emploi. Enfin, seule entreprise de l’audiovisuel public à disposer d’un département Recherche, l’INA s’est affirmé en 2019 comme un acteur majeur de l’analyse et du décryptage des médias, en publiant notamment des travaux remarqués sur la question des représentations de genre à l’écran.

« Le succès de la stratégie qu’il conduit depuis 5 ans fait aujourd’hui de l’INA un média unique en son genre : un média patrimonial, c’est-à-dire à la fois un média du temps long privilégiant toujours la construction de sens par la mise en perspective, un média citoyen, responsable et inclusif tourné vers toutes les générations, mais aussi un smart média, intelligent autant qu’amusant. En témoigne le lancement le 19 mars dernier, dans les circonstances exceptionnelles que traverse notre pays, de madelen, la nouvelle offre de streaming illimité que l’Institut propose gratuitement à nos concitoyens pendant 3 mois : au carrefour de tous ses savoir-faire techniques, documentaires, de transmission des savoirs, de recherche, culturels et éducatifs ou éditoriaux, madelen est à la fois l’incarnation de l’attachement profond de l’INA aux valeurs du service public et le symbole de la différence qu’il entend apporter, aujourd’hui comme demain, à l’audiovisuel public
Laurent Vallet, Président-directeur général