16/01/2020

« De si hautes espérances : la campagne présidentielle de 2017 vue par ses émotions »

Alors que s’annonce le prochain scrutin des municipales,  l’INA  à travers l’ouvrage de Marion Ballet, pose un nouveau regard sur la présidentielle de 2017 : les discours des candidats analysés par le prisme de leurs émotions politiques.

Les campagnes présidentielles sont toujours des périodes de surchauffe émotionnelle de la communication politique. En France, l’ambition d’accéder à la plus haute fonction de l’État alimente les controverses et les échanges véhéments entre les représentants des différents mouvements politiques. 
 
2017 ne fait pas exception. Malgré une défiance jamais atteinte des Français à l’égard de leurs institutions et de leurs dirigeants politiques, la dernière campagne présidentielle est parvenue à susciter l’intérêt et l’envie des citoyens. Mais plus que nulle autre avant elle, la campagne présidentielle de 2017 s’est caractérisée par l’expression d’un espoir sans précédent. À tel point que l’on comprend mieux, à la lumière de ces analyses, l’ampleur du désenchantement que certaines voix expriment aujourd’hui, alors que le quinquennat se trouve peut-être à un tournant.
 
 
Comment comprendre que, fortement contestés, les responsables politiques ont malgré tout choisi en 2017 de susciter l’espérance de leurs électeurs ? Comment les enjeux électoraux de 2017 ont-ils contribué à façonner les émotions sollicitées par les candidats, depuis la bienveillance sociale jusqu’à la peur du terrorisme ? Dans quelle mesure les candidats ont-ils puisé dans les héritages partisans, utilisant les émotions politiques et les répertoires affectifs déjà éprouvés par leurs prédécesseurs ? Quel éclairage l’analyse affective donne-t-elle du phénomène « Macron », ce candidat inattendu aux multiples influences politiques ? 
 
Autant d’éclairages appuyés sur l’analyse d’un corpus multimédia de discours électoraux original, des spots de campagne à Twitter.  
 
A propos de l’auteur : 
Marion Ballet, Docteure en sciences politiques de l’IEP de Paris, Chercheuse associée au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) est actuellement Directrice de cabinet de la Ville de Guyancourt.