02/11/2015

L’Ina et France Médias Monde forment 36 journalistes et techniciens issus de Tunisie, d’Algérie et du Maroc

Dans le cadre de projets liés au développement de l’attractivité de la France, la mission audiovisuelle régionale du Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Tunisie et des services de coopération des ambassades de France en Algérie et au Maroc a étendu au Maroc et à l’Algérie le financement et la coordination d’une opération de formation professionnelle initiée en 2014 entre l’Ina et France Médias Monde. 

L’opération menée en 2015 par l’Ina et France Médias Monde a permis de former des professionnels aux métiers de la technique et du journalisme radio et TV. Ce sont ainsi 36 stagiaires de moins de 40 ans issus de radios et télévisions des pays du Maghreb qui ont été sélectionnés pour participer, en France, à un stage de formation de deux semaines aux métiers de l’audiovisuel. Cet appel a été relayé par les Postes de Rabat et d’Alger afin de conforter la dimension régionale à ce projet.

Pour sa mise en œuvre, le SCAC a de nouveau fait appel à l’expertise de l’INA et de l’Académie France Médias Monde pour bâtir une offre commune de formations intitulée « Théorie et pratique en France », en  langues arabe et française, à destination de techniciens et de journalistes maghrébins. Pour chacun des modules proposés, la partie formation a été assurée par l’INA avant que les stagiaires soient accueillis en « immersion » au sein des rédactions de France Médias Monde.

« Le niveau était excellent, la motivation très grande et le groupe très cohérent. » (FMM)
« Un projet qui marque une collaboration efficace entre opérateurs français de l’audiovisuel public sur la scène internationale. » (Ina)
« Une offre de formation théorique et pratique adaptée aux besoins et mettant pleinement en valeur la qualité de l’offre de formation professionnelle issue de l’audiovisuel public français» (Poste Tunis)

 
Cette opération sera reconduite l’an prochain avec le Maghreb. Ses initiateurs souhaitent développer aussi largement que possible ce programme à l’international.