Politique et masculin, le profil type des invités des matinales de radio : résultat d’une étude d’ampleur menée par l’INA  sur deux quinquennats (2007-2017). 

En dix ans, les matinales radios généralistes – Europe 1, France Culture, France Inter, RTL et RMC – se sont politisées (+36,6 % d’invités politiques) mais peu féminisées (près de 80 % des invités sont des hommes) selon une étude parue dans la Revue des médias de l’INA.

La part des invités politiques s’est énormément accrue (+36,6 %) passant de 23.5 % des invités en 2007-2008 à environ 32,1 % en 2016-2017.
 
Toutes radios confondues, la politique est le secteur le plus représenté dans les matinales radios, devenues un carrefour d’audience stratégique pour les responsables politiques, avec près d’un tiers (29,40 %) des invités en moyenne sur la période 2007/2017.
 
Ce sont les matinales de RMC qui accordent le plus de place à la politique (46,4 % des invités), suivi de RTL, Europe Matin et le 7/9 de France Inter. La matinale de France Culture se distingue avec une proportion d’invités politiques relativement faible (12,3 % du total), la chaîne laissant la parole en priorité à des chercheurs en sciences humaines et sociales.

Le nombre d’invitations accordées à un parti politique semble davantage dépendre du nombre de ses députés plutôt que du nombre de voix qu’il a recueillies aux élections.
 

 

Le parti majoritaire à l’Assemblée est de loin le plus représenté parmi les invités des matinales de radios.

  • Quinquennat de Nicolas Sarkozy :
    • Radios publiques : UMP : 31,7 % des invités
    • Radios privées : UMP : 43,4 % des invités
  • Quinquennat de François Hollande :
    • Radios publiques : PS : 35,7 % des invités
    • Radios privées : PS : 38 % des invités

Toutefois, lors des deux quinquennats, la part des invités de l’opposition a été majoritaire (de l’ordre de 60 % contre 40 %), mais celle-ci est très éclatée (faible présence EELV, PG/FG…).
 
Le FN incarne bien cet effet du nombre de députés sur la représentation des forces politiques dans les matinales, avec des scores relativement hauts lors des deux élections présidentielles (10,4 % en 2007 et 17,9 % en 2012), mais pas concrétisés lors des législatives (4,3 % des voix, aucun député en 2007 ; 13,6 % et deux députés en 2012).

La part des femmes parmi les invités progresse très peu (19,8 % à 22,3 %)
 

Sur la décennie étudiée à partir des programmes radio diffusés en France, les hommes constituent en moyenne près de 80% des invités des matinales, et ce quel que soit le moment de la semaine ou de l’année.
 
Ces résultats confirment les conclusions de l’étude du chercheur David Doukhan publiée par l’INA en mars sur le temps de parole des hommes et des femmes à la radio et à la TV.
 
On constate une forte croissance de la part de femmes sur France Culture sur la période, passant de 12.9% en 2007-2008 à 30.3% en 2016-2017.
 
La quasi-totalité des partis politiques sont représentés en majorité par des hommes dans les matinales, à l’exception d’Europe Écologie-Les Verts (EÉLV).
 
Parmi les invités politiques notamment, seules quatre femmes figurent dans le Top 20 des invités entre 2007 et 2017, avec Nathalie Kosciusko-Morizet en tête (153 invitations sur la décennie), suivie de Marine Le Pen, Ségolène Royale et Valérie Pécresse.
 
Les résultats de cette étude peuvent être partiellement biaisés en raison de choix méthodologiques ou de données incomplètes (voir les « précisions méthodologiques » de l’étude). Les chiffres fournis sont ainsi à interpréter comme des indicateurs de tendances. 

>> Retrouvez la version intégrale de l’étude sur larevuedesmedias.ina.fr
 
L’INA, observatoire de l’écosystème médiatique contemporain
Réalisée par Clément Malherbe et Raphaël Luce du service « Expertise, Conseil et Etudes » de la Direction déléguée à l’enseignement, la formation et au conseil de l’INA, cette étude s’inscrit dans la vocation de l’Institut de décrypter l’écosystème médiatique contemporain.
 
La Revue des médias de l’INA
La Revue des médias de l’INA est le site de référence sur l’évolution des médias proposant, à destination de tous ceux qui réfléchissent, travaillent ou s’intéressent aux médias (professionnels actuels et futurs, chercheurs, public curieux), des réflexions et des mises en perspective sur les enjeux qui traversent les médias à l’heure numérique.